Yosemite sous les étoiles

                Ça fait longtemps que je n’ai pas pris le temps de regarder les étoiles.  Ce soir à Yosemite le ciel est clair et j’ai l’intention de m’y attarder un peu.  Ce n’est pas comme s’il fallait nécessairement faire cinq heures d’avion pour en voir, il y en a évidemment aussi près de chez moi.  C’est plutôt le contexte de vie qui s’y prête ou pas.

                À Sherbrooke, le type d’emploi que j’occupais m’apportait tellement de stress que j’avais constamment besoin de distraction.  L’idée d’observer les étoiles ne me serait jamais passée par la tête. Même si ça avait été le cas j’aurais simplement regardé dans le vide en pensant aux objectifs à atteindre pour le mois au travail.

                J’ai rencontré des gens réellement passionnés par la vente dans mes quatre dernières années de vie professionnelle.  Des gens qui sont motivés par la commission, par la compétition, par les chiffres et par l’argent. Je ne suis pas comme ça.  Si j’ai travaillé si longtemps en vente, avec un certain succès, c’est parce que j’aime apporter une solution au problème des gens.  J’aime le sentiment d’avoir apporté du positif dans la vie de quelqu’un.  Vendre pour faire augmenter les profits de mon client, les revenus de ma compagnie, ma commission, la paie de mes patrons, la barre bleue sur le graphique, pour moi c’est comme manger de l’air.

                Ici, avec Makwa, tout en sachant très bien que je n’en ferai pas une carrière, je sens au moins que ce que j’apporte au monde ne se calcule pas en argent. Les journées ont beau être surchargées, stressantes et épuisantes, je ne me sens pas vide quand je me couche le soir.  Je visite des endroits magnifiques, je contribue à l’expérience de jeunes qui ont tout à découvrir et je côtoie des gens qui sont comme moi passionnés de voyage.

                Pour prendre le temps d’observer les étoiles, je crois qu’il faut au minimum sentir que l’on accomplit quelque chose de bien de façon quotidienne, que l’on avance ou que l’on fait avancer quelque chose. Ou plutôt, il ne faut pas être obsédé par l’idée que ce à quoi on dédie plus de 40 heures par semaine n’apporte rien à personne. 

                Ce soir, pour la première fois en plusieurs années, je crois que je vais passer un peu de temps à contempler le ciel.

2 thoughts on “Yosemite sous les étoiles

  1. Camille !

    J’aime vraiment lire tes pensées Guillaume. Profite de ton expérience à fond, elle bénéficie déjà à d’autres à 4000km.

  2. Karine L.

    Wow! Superbes tes textes. Bon voyage Guillaume 🙂

Comments are closed.